Publicité


Sondage
Quel est le meilleur film de la saga Star Wars ?
 

Films

Rencontre avec Joe Black

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Casting de choix et réussi pour un vrai, bon film, fantastique. Martin Brest, peu familier du genre, signe une réalisation soignée et efficace avec dans les vrais rôles phares la mort, la vie... et l'amour.


L'Histoire

Ce film fantastique et romantique de Martin Brest (à qui l'on doit dans d'autres genres les célèbres Midnight Run et Le Flic de Beverly Hills) met en scène la Mort, qui ne peut dire son nom (Brad Pitt).

Affiche du film Rencontre avec Joe BlackElle vient chercher un empereur des médias (Anthony Hopkins) qui a du mal à léguer son empire à des hommes aux valeurs différentes des siennes.

Contre une rallonge de vie sur Terre, la Mort, Joe Black, demandera à Anthony Hopkins de lui permettre de partager sa vie, le temps de cette rallonge; plaisir rare pour la Mort qui, dans ce laps de temps qui bouleverse la vie d'Anthony Hopkins, tombera amoureux, tel un mortel, de la fille préférée de l'homme qu'il est venu chercher (Claire Forlani, récemment vue dans la série TV les Experts).

Une histoire extraordinaire aux facettes étonnantes! Une mort qui passe inaperçue dans la vie d'un grand de ce monde, et qui aimerait la partager plus qu'il ne peut.

 

Notre avis sur Rencontre avec Joe Black

Antony Hopkins et Claire Fioriani dans Rencontre avec Joe BlackUn superbe film qui vous arrachera, pour certains, et certaines, les larmes.

Un mélo fantastique au scénario original et plein de bonnes idées : humour, réflexion, amour, fantastique, ce film est prenant et mérite vraiment d'être vu (en VO si vous le pouvez, les dialogues ne sont pas d'une compléxité importante et le film est très accessible ;-).

Quelques longueurs peut-être mais scénaristiquement, c’est justifié.

 

 

 

Rencontre avec Joe Black
Martin Brest – 1998

Titre original : Meet Joe Black.
Avec Brad Pitt, Anthony Hopkins, Claire Forlani.
Scénario de Ron Osborn, Jeff Reno, Kevin Wade et Bo Goldman.

Date de sortie dans les salles françaises : 30 Décembre 1998

Article mis à jour le 05 juin 2008.
© United International Pictures pour les visuels.


 

La ligne verte

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Adaptation du roman de Stephen King du même nom, La ligne verte est l'exemple même du film fantastique : un drame cache un élément surnaturel. Dans un quotidien avec ses joies et ses peines s'installe le fantastique... pour celui qui veut bien le voir. L'occasion de traiter les concepts de bien et de mal, de parler des anges... et de Dieu.



L'Histoire

Affiche du film la Ligne verteTom Hanks incarne le surveillant général d'une prison : Paul Edgecomb. Là il veille avec ses collègues sur le couloir de la mort d'une petite prison d'état. La routine est à son comble lorsque arrive un molosse, que dire, un géant afro-américain, John Coffey (Michael Clarke Duncan); il a été condamné à mort pour le meurtre sanglant de deux jeunes filles blanches... dans un état du sud.

Coupable idéal, il ne soulève pas moins le doute dans l'esprit de ses geôliers car malgré sa carrure gigantesque, l'homme est un doux agneau, au demeurant très agréable tant avec les gardiens qu'avec ses codétenus. Le basculement dans le fantastique se fait lorsque apparaissent des miracles au sein de la prison.


L'Avis
Cette adaptation est de l'avis de tout le monde, l'une des meilleures adaptations d'une oeuvre du maître du fantastique américain. Frank Darabont renoue ici avec l'univers de la prison, son premier film ayant été Les Evadés. La réalisation est bonne et servie par des acteurs en pleine forme qui maîtrisent leur rôle à la perfection; c'est notamment le cas de David Morse, qui joue le gardien Brutus Howell (que l'on avait déjà vu par exemple dans... the Rock; il ne manquait que Patrick McGohan ou Clint Eastwood et la série des clins d'oeils était faite), de Gary Sinise (maintenant plus connu pour Les Experts : New York), Michael Jette incarnant de façon extraordinaire le prisonnier Delacroix (NDW : disparu en mars 2003) ou James Cromwell.

Dans la famille clin d'oeil d'ailleurs, on pourra noter la présence d'un exemplaire de Weird tales dans une cellule... des détails qui ne trompent pas sur un certain soucis du détail. Trois heures qui passeront donc encore plus vite que celles du Seigneur des Anneaux et qui vous procureront un certain émerveillement, voire une larme à l'oeil. A voir absolument, surtout pour ceux qui trouvent que les textes de King sont indigestes mais parfaits pour le grand écran !


La ligne verte
Frank Darabont - 1999

- Lire notre article sur la Ligne verte de Stephen King

Article mis à jour le 15 mars 2008.







 

 

L'Expérience interdite (Flatliners)

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

L'Expérience interdite est un de ces films qui marquent un genre, en l'occurence le fantastique, tout en restant assez discrets.

Casting de choix pour un scénario en béton armé qui vous emmènera au-delà du temps. Une leçon de vies qui ne devrait pas vous laisser indifférents !

Lire la suite...

 

L'Etrange Noël de Monsieur Jack



L'Histoire

Jack Skellington règne sur le monde d'Halloween. Un jour neigeux, il fait une dépression après la fête annuelle d'Halloween. Lors d'une balade au cours de laquelle il tente de chasser ses idées noires, il découvre le monde du Père Noël (c'est pas loin). Ebloui par tout ce qu'il voit (et ravigoté donc ;-), que de retour chez lui, il essaye de reproduire son propre Noël (devenir Père Noël à la place du Père Noël en quelque sorte).

Malheureusement les choses tournent mal car les habitants du monde d'Halloween, habitués aux choses horribles qui font peur, ne comprennent rien à l'esprit de Noël : c'est pourquoi ils enlèvent le Père Noël… et la création de Jack tourne à l'horreur de son côté.


Notre avis

Un film d'animation loufoque et fantastique, loin des réalisations Aardman Studios et bien sur Walt Disney (qui participe au projet) pour le style et l'ambiance (horreur tout de même). Réalisé par Henry Selick d'après un poème de Tim Burton, le film sera finalement signé Tim Burton, à qui l'on doit tout de même Mars Attacks!, Edward aux mains d'argent ou encore les récents La Planète des Singes 2001 ou Charlie et la chocolaterie.


L'Etrange Noël de Monsieur Jack
Henry Selick, pour Tim Burton - 1993

Titre original : Nightmare before Christmas
Date de sortie dans les salles françaises : 7 décembre 1994
Il existe une version 3D sortie en salles le 24 octobre 2007


Lien utile

Un site très réussi d'un fan du film (à visiter !)

Fiche mise à jour le 24 septembre 2007D est sortie en salles

 

 

Blade Runner




L'Histoire

En 2019, alors que l'espèce humaine est en conquête de l'espace depuis une vingtaine d'années, un groupe d'androïdes de dernière génération, des Replicants, se cherchant une conscience, prend la fuite et devient hors-la-loi. Leur course et les cadavres qui jonchent leur chemin amène Rick Deckard (Harrison Ford), ancien flic devenu détective privé, à reprendre du service.


L'Avis

Ce thriller futuriste est mené avec brio et est à voir absolument au moins une fois, sauf si l'on a moins de 13 ans (de nombreuses scènes dures sont au programme) ou qu’on ne peut supporter la SF pure et dure plus de deux heures ;-) Film de SF par excellence, Blade Runner mêle voitures futuristes et volantes, mégapole industrielle et cosmopolite, androïdes et êtres cybernétiques. Nous sommes loin d'un scénario écrit par un adolescent dans le 5e élément, certes cela n’en a pas la fraicheur mais ca a toute la force de la cyber-plume de Philip K. Dick.

Car ce film est une adaptation d’un roman de Philipe K. Dick : les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Pas de gâchis en route car ce classique est justifié par une réalisation hors pair de Ridley Scott (Alien, Thelma et Louise et deux ans plus tard en 1984, la célèbre publicité pour le Macintosh), une musique de Vangélis (un peu soporifique à mon goût mais bon, les claviers ce n'est pas un super trip pour tout le monde, même si cette bande-son est plus connue que celle de The Patriot, meilleure je trouve), des décors superbes et un casting de choix tout à fait adapté: Harrison Ford (Star Wars, Witness, Indiana Jones), Rutger Hauer, Sean Young (avec des airs de Jennifer Connely avant l'heure; elle joue dans Dune), Edward James Olmos et Darryl Hannah (Splash).

Un film aux nombreuses scènes d’anthologie (oh la navigation 3D dans une photo 2D !), aux répliques marquantes et aux questions toujours sans réponse : qu’est-ce qu’être humain et… Rick Deckard était-il un androïde dans l’esprit de Philip K. Dick (la réponse serait oui pour Ridley Scott).






Blade Runner
Ridley Scott – 1982

Adapté du roman de Philip K. Dick Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?
Musique de Vangelis




Lien utile

- Le site Bladezone, une référence, en anglais !

(c) Warner Bros pour les visuels
Article mis à jour les 24 juillet 2005 et 5 décembre 2007




 

 
Plus d'articles...