Publicité


Sondage
Quel est le meilleur film de la saga Star Wars ?
 

Entretien avec Charlotte Bousquet

Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 

Photo de Charlotte Bousquet Nous vous proposons un entretien avec Charlotte Bousquet, l'auteur du roman Arachnae, que nous vous présentions cet été.

Un auteur, et une oeuvre, à découvrir sans attendre.


 

Laurent Delin, pour atemporel.com - Ton dernier roman nous emmène dans une ville imaginaire du nom d'Arachnae. T'as-t-elle été inspirée par d'autres villes, réelles ou imaginaires ?

 

Charlotte Bousquet : Arachnae se nourrit d’énormément de villes. Telle une grosse araignée, elle tisse sa toile et attire à elle diverses sources d’inspiration, parmi lesquelles Paris – le Paris du Ventre de Paris de Zola, avec l’immense marché et le Cimetière des Innocents, celui de Baudelaire, aussi. Il y a également beaucoup d’Italie : la Florence des Médicis, notamment, mais aussi tous les fantasmes et rêves qui gravitent autour, qu’il s’agisse de théâtre classique, Othello, Lucrèce Borgia, Lorenzaccio, de films ou même de jeux de rôles. Ainsi, la Vodacce – l’Italie imaginaire de Seventh Sea - est une de mes sources.

En y réfléchissant, je crois avoir aussi eu envie de placer des images nées des souvenirs de la série Les Eaux de Mortelune. Je l’ai lue il y a très longtemps et le graphisme comme l’histoire m’avaient fascinée.J’ai essayé de faire d’Arachnae un personnage à part entière, une espèce d’entité organique dont la respiration, d’une certaine façon, donne vie à ses habitants.


atemporel.com - L'on a souvent l'impression d'être en plein, et bon, jeu de rôle. As-tu testé tes personnages en jeu avant de leur confier Arachnae ?

Charlotte Bousquet : J’expérimente souvent, en jeu de rôles, les traits de caractère de certains personnages de roman. C’est une manière, pour moi, d’apprendre à les connaître, de ressentir un peu à leur manière certaines situations. Mais il n’y a pas d’ordre précis. Parfois, ce sont certains personnages qui imposent leur caractère, au fil d’un roman. Ainsi, dans Arachnae, Ornella la courtisane est devenue l’un des principaux protagonistes parce que le caractère d’un personnage de jeu de rôles s’est « transvasé » en elle. Néanmoins, c’est loin d’être toujours le cas. Et c’est d’ailleurs curieux que tu évoquais cette méthode pour Arachnae, car Ornella est probablement la seule à être née d’un jeu de rôles. Les autres n’ont absolument rien à voir. Théodora, par exemple, est née pendant que je regardais la série « L World ». L’une des protagonistes, Shane McCutcheon, passe son temps à fuir les relations sérieuses, à se fuir. Je me suis demandé ce qu’un semblable caractère pouvait donner, dans un roman. En gros, quelqu’un qui est finalement assez lâche, qui n’assume absolument pas qui elle est et passe son temps à trouver des excuses. Au final, Théo est finalement assez peu sympathique, ou plutôt, c’est un personnage dans lequel il est difficile de se projeter mais j’ai l’impression que c’est parce qu’elle est « humaine, trop humaine ». Je dois t'avouer que dans l’élaboration de Théo, dans le travail d’écriture que son histoire a demandé, j’ai dû plusieurs fois réprimer des envies de, non pas « l’humaniser », mais « l’héroïser ». Théodora est une personne faillible – si l’on excepte évidemment son métier –, constamment en quête d’échappatoires... c’est cette humanité-là, que l’on trouve un peu partout autour de nous, qui m’intéressait. Théo est l’un des personnages dont je suis le plus fière, finalement.


atemporel.com - La couverture est superbe. As-tu travaillé sur sa création avec l'artiste, Elvire de Cock ?

Charlotte Bousquet : Quand Charlotte Volper m’a proposé de confier la couverture à Elvire, j’ai été faire un tour sur son blog et j’ai aussitôt commencé à baver. Elvire est une dessinatrice et illustratrice très talentueuse ! La couverture d’Arachnae a été d’abord réfléchie avec Charlotte Volper, puis Elvire a proposé des choses et... Le résultat est là ! je pense qu’il y aura d’autres couvertures, voire une ou deux surprises, avec Elvire !


atemporel.com - Tu terminais aussi, il y a peu de temps, la trilogie Le Coeur d'Amarantha. Combien de tomes imagines-tu pour Arachnae ? As-tu d'autres romans en préparation, dans cet univers ou d'autres ? (c'est le moment idéal pour présenter ton actualité dans les mois à venir).

Charlotte Bousquet : Le dernier tome de la Trilogie d’Amarantha est sorti il y a près de quatre ans… Quatre ans, tu sais, c’est long dans une vie d’écrivain. Entre deux, j’ai sorti deux recueils, plusieurs nouvelles, un roman, dirigé trois anthologies et monté CDS éditions avec mon époux l’illustrateur et graphiste Fabien Fernandez... Mes prochaines sorties ? La Marque de la bête, aux éditions Mango (coll. Royaumes perdus), en octobre. La Marque de la bête est une relecture sombre et fantastique de Peau d’âne – jeunesse mais, comme Le Jour du lion de Nicolas Cluzeau ou La Dernière Odyssée de Fabien Clavel, tout à fait lisible par des adultes. En janvier, Noire Lagune, chez Gulfstream éditeur (coll. Courants noirs), un polar historique jeunesse – là encore tout à fait accessible pour les adultes (je vous recommande d’ailleurs, dans la même collection, Rouges ténèbres de Nicolas Cluzeau, Attaques nocturnes de Thierry Lefèvre et Ami, entends –tu de Béatrice Nicodème). En janvier toujours, ou peut-être début février, Llorona On The Rocks, un thriller fantastique construit comme le pilote d’une série, chez Glyphe (coll. Imaginaires). Et puis, bien sûr, « Lili des Boulevards », conte de Noël pour adulte qui paraîtra sur le site http://www.reims-destination-noel.fr, dont s’occupe Jacques Baudou.

Dans l’Archipel des Numinées, l’univers d’Arachnae, j’écris actuellement Cytheriae qui est à la fois un roman indépendant et une suite, dans la mesure où il y a - et aura - un fil rouge entre chaque récit. Combien de romans écrirai-je dans l’Archipel ? Pour l’instant, je n’en sais rien. Je sais où je vais, mais je ne peux te dire aujourd’hui si la route sera longue ou non. Ce dont je suis sûre, c’est que chaque roman se déroule sur une île différente, et commence à peu près là ou se termine le précédent. Chaque roman aura un axe « humain » différent et abordera une thématique spécifique. Arachnae évoquait la décadence, la perversité, la pédophilie. Les personnages, à l’image de la ville, étaient assez corrompus. Cytheriae s’écrit, en gros, à l’échelle d’un quartier. La ville – Cribella – est beaucoup plus froide et traditionaliste qu’Arachnae, plus proche d’une Venise à l’abandon que de la Florence vibrante des Médicis.

atemporel.com - Beaucoup seront certainement tombés sous le charme d'Arachnae et des ses personnages, de l'auteur donc, peux-tu nous donner les dates et les lieux de quelques uns des salons sur lesquels tu seras présente d'ici la fin de l'année ?

Le bureau de Charlotte BousquetCharlotte Bousquet :

17 octobre – Librairie Omerveilles (Grenoble) pour ArachnaeetLa Marque de la bête. 21 novembre – Uchroniales, Cergy.
20-22 novembre 2009 – Salon de l’Autre livre.
4-5 décembre 2009 – Salon des éditeurs retrouvés, Paris 5ème.
19 décembre 2009 – Librairie Cultura (Clayes) avec David Bry.

J’irai probablement aussi faire un tour à Lille et au salon du livre jeunesse de Montreuil.

> Visitez le site officiel de Charlotte Bousquet

> Notre présentation du roman Arachnae aux Editions Mnémos

 

Entretien réalisé par Laurent Delin pour atemporel.com le 24 septembre 2009.

(c) Patrick Imbert pour la photo de Charlotte Bousquet

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher RSS
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."